Top
Image Alt

Mon expérience en tant que bénévole au Jaguar rescue Center

Mon expérience en tant que bénévole au Jaguar rescue Center

Il y a quelques années, je suis partie pour vivre l’expérience la plus belle de ma vie. Pendant un mois, j’ai été bénévole auprès des animaux blessés et malades du Jaguar rescue Center, au Costa Rica.

Mais le Jaguar rescue center qu’est-ce que c’est exactement ?

C’est un centre de sauvetage et de réhabilitation pour animaux sauvages. Il est situé à Puerto Viejo de Talamanca, sur la côté caribéenne, au Costa Rica. C’est un foyer temporaire ou permanent pour animaux malades, blessés ou orphelins. Il recueille les animaux, les soigne, leur réapprend à vivre pour les relâcher dans la nature, si leur état le permet.

Il a été créé par deux passionnés et biologistes, Encar et Sandro. L’une, spécialiste des primates, l’autre, des reptiles. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de connaître Sandro, décédé subitement en 2016 mais qui semblait être un grand homme que la nature pleure encore chaque jour. Encar, quant à elle, est une femme extraordinaire, sa passion et son amour pour les animaux se transmettent par sa simple présence. Elle est d’ailleurs tellement attachée à son centre et ses habitants qu’elle est la seule résidente (humaine) permanente !

Ils ont également créé une fondation qui met en place de nombreuses actions pour contribuer à la conservation et au bien-être de la faune et notamment : l’achat de matériaux pour isoler les lignes électriques et différents programmes pour la protection de la faune et la sensibilisation de la population. Il faut savoir qu’au Costa Rica, les lignes électriques sont souvent mal isolées et chaque année, plus de 3 000 animaux sont victimes d’électrocution.

Le centre propose différentes visites mais aussi des séjours de plusieurs nuits dans leur réserve naturelle. Tous les bénéfices servent uniquement à soigner et réintroduire les animaux du centre !

Le quotidien d’un bénévole

Ma première journée au centre

Chaque bénévolat commence le lundi à 11h par une réunion d’information. C’est l’heure de rencontrer les autres bénévoles et les responsables, notamment Elena et Nerea, des amours de femme, des passionnées des animaux comme j’ai rarement eu l’occasion d’en croiser dans ma vie !

La réunion se poursuit ensuite par la visite du centre, tu choisis un groupe en fonction de ta langue de prédilection : anglais ou espagnol. Si tu n’es pas bilingue, pas de panique, je ne le suis pas non plus mais tu arrives toujours à te débrouiller pour comprendre et te faire comprendre. Je me souviendrais toujours du jour où on m’a attribué la surveillance d’un « squirrel » fraîchement arrivé. Je ne connaissais ni le mot en anglais, ni le mot en espagnol. Malgré les mimes pour essayer de me faire comprendre, je dois bien avouer que je ne savais pas du tout quel premier animal j’allais bien garder… Ça a été une belle surprise de découvrir un bébé écureuil ! Un bon moment de rigolade !

A 14h, la journée de découverte reprend avec le discours des responsables. Ils expliquent aux volontaires l’état d’esprit de « la famille Jaguar rescue center » ainsi que les différentes tâches que chaque bénévole sera amener à faire : nourrir les animaux, nettoyer les enclos, faire la vaisselle et la lessive, interagir avec eux, surveiller les bébés, les emmener dans la jungle …

La première semaine est clairement une semaine de « test ». On ne te le dit pas vraiment mais les responsables gardent un œil sur toi pour juger de ton sérieux et de ta motivation. Ce qui est, je pense, tout à fait normal ! Avant de te confier des animaux, il est important pour eux de pouvoir avoir confiance en toi !

Pour ma part, cela ne me posait aucun problème. Quand tu viens en tant que bénévole, tu sais que tu es là pour les animaux, peu importe de quelle façon !

Les activités avec les animaux

Au cours de ce mois de bénévolat, j’ai eu l’occasion de vivre des expériences que je n’aurais jamais pensé vivre. Plus ou moins régulièrement, tu emmènes les singes adultes dans la forêt. Là-bas, le centre a installé une aire de jeu avec des cordes au milieu des arbres pour qu’ils puissent se dépenser et se réhabituer à leur milieu naturel. Mais clairement c’est un poste à responsabilité ! Comme tous les postes où tu es en contact direct avec les animaux d’ailleurs ! Tu dois toujours surveiller les alentours pour vérifier que les singes sauvages ne se rapprochent pas trop près au risque de venir attaquer les singes du centre. Tu dois également toujours compter les singes et être sûre qu’aucun d’entre eux ne s’éloigne de trop !

Une autre des activités phares en tant que bénévole est d’accompagner les ratons laveurs en forêt. A mon époque, il y en avait trois : Cuba, Kobalski et Napoli. Ce n’est pas la tâche la plus facile car les ratons laveurs sont peu farouches et ont un sacré caractère ! Elle m’a toujours pris plus de temps que prévu car ils aiment partir un peu trop loin et tu dois toujours leur courir après ! Fou rire garanti !

J’ai également eu l’occasion de m’occuper d’une multitude d’animaux différents … Tu as toujours de nouveaux animaux qui arrivent et tu as la possibilité de faire plein d’activités différentes ! Surveiller les paresseux et les bébés, garder le petit fourmilier ou le bébé écureuil, jouer avec les singes …

Mais la plus belle des activités restera pour moi les interactions avec les bébés singes. C’est la dernière activité de la journée. Une fois qu’il ne reste plus grand monde au centre, tu vas chercher les bébés singes à la nurserie pour les amener à l’extérieur et là c’est bonheur et plaisir garanti ! Ils te montent sur la tête, cours le long de ton corps, ils sont partout et c’est vraiment un sentiment indescriptible que de voir ces petites bêtes si proches de toi. Le mieux ? C’est quand ils viennent se blottir dans ton cou et te font des mamours pendant de longues minutes… Je dois avouer que j’ai eu plusieurs les larmes aux yeux !

Ma rencontre avec Skye, un bébé singe orphelin

La deuxième semaine, un nouveau bébé singe a fait son arrivé au centre. Skye a perdu sa mère, électrocutée, et a perdu un doigt. Il va devoir réapprendre à vivre… A leur arrivée, les animaux sont en quarantaine. Ils sont attribués à un ou deux bénévoles pour ne pas trop les perturber et ne sont pas mis en contact avec les autres animaux.

A l’arrivée de Skye au centre, j’ai eu la chance d’être la bénévole en charge de sa sécurité. Le premier jour, je devais le garder dans mes bras (ne pouvant pas marcher à cause de son doigt amputé) toute la journée et marcher, pour ne pas qu’il s’ennuie. Skye est un bébé singe à fort caractère, à chaque fois que je m’assoie, il me mord pour continuer à se balader, une vraie tête de mule !

Pendant tout mon bénévolat au Jaguar rescue, j’ai été en charge de cette petite boule de poils. J’ai passé beaucoup de temps avec les vétérinaires pour sa rééducation, son poignet étant à 90° et ses doigts totalement rigides suite à l’électrocution, beaucoup de temps à le nourrir à la main… On a développé une relation très étroite, il me faisait confiance. Quand il avait mal ou qu’il avait peur, il se blottissait contre moi, j’étais devenue un peu comme sa maman d’adoption.

Skye a fait beaucoup de progrès pendant mon séjour, il a réappris à manger, à se déplacer et à sauter de branche en branche. Il a pu être mis en contact avec les autres bébés singes. J’étais tellement fière de lui et de son évolution !

C’est clairement devenu mon petit protégé et quand j’ai dû partir, les adieux ont été déchirants. Je n’aurai jamais pensé un jour vivre une relation si fusionnelle avec un animal sauvage !

Les informations à connaître

La journée commence à 7h30. Ça parait très tôt mais si tu dors dans l’hébergement du centre, comme je l’ai fait, tu es réveillée bien plus tôt par les cris des singes hurleurs ! Tu as déjà entendu ça ? Crois-moi, les premiers jours tu te demandes vraiment quelle est cette bête féroce qui vit dans la jungle, à quelques mètres de ton lit … C’est impressionnant !

Ton heure de « débauche » dépend des jours et des tâches quotidiennes. En général, elle se situe vers 15h30-16h, sauf quand tu dois bercer les bébés singes, là cela peut durer jusqu’à 17h-17h30.

Tu as deux « day-off » par semaine. Tu passes 3 semaines au centre et 1 semaine à la Ceiba, une annexe du centre située en plein milieu de la jungle tropicale !

Je te conseille de loger à l’auberge du centre. C’est ce que j’ai choisi de faire et c’est l’occasion d’apprendre à connaître les autres bénévoles et de passer du temps avec eux !

Comment devenir bénévole ?

C’est très simple !

  • Tu dois avoir entre 18 et 85 ans.
  • Tu dois avoir au minimum 4 semaines devant toi. Pour ne pas perturber les animaux, la durée minimum est d’1 mois.
  • Tu dois remplir un formulaire accessible directement sur leur site
  • Faire un test de tuberculose qui soit négatif.

On te demande également d’avoir un bon niveau en espagnol et/ou anglais afin de comprendre les explications. Mais pas de panique le niveau est tout à fait accessible !

Quand j’y suis allée, l’hébergement n’était pas compris dans le prix, il fallait le payer en plus. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

1 mois en tant que bénévole au Jaguar rescue center coûte aujourd’hui 825$ (350 de don et 475$ pour l’hébergement). La nourriture n’est pas comprise dans le prix.

Mon conseil ? Avant de partir, je me suis fait vacciner contre la rage. C’est un vaccin conseillé en cas de contact régulier avec des animaux sauvages pendant ton voyage.

Mon deuxième conseil ? Oui ça n’a rien à voir mais il faut absolument goûter les pancakes de la « Bakery » à Puerto Viejo, un délice !

Si tu ne souhaites pas devenir bénévole mais que tu veux agir, tu peux faire un don ou adopter un animal (symboliquement bien sûr) directement sur leur site !

Poster un commentaire

You don't have permission to register